18 novembre 2006

Quand il n'y a plus d'autres moyens que d'aller au consulat...

    Le quatrième jour, un gros problème s'est présenté à nous: Ma carte bleue ne passait plus dans les distributeurs!   
    Pour rajouter des complications à cet obstacle, j'avais proposé à Julie et Simon de déposer leurs économies de voyage sur mon compte, pour plus de simplicité ( idée complètement stupide en y repensant). Nous avions accordé trop de confiance à la carte bleue Visa, puisque là, après avoir essayé sans répis pendant plusieures heures de tirer quelques roubles dans toutes les banques de la ville , il fallait se rendre à l'évidence: Impossible de finir le voyage sans cet argent...
    Comment faire? Aucune idée, surtout que le départ pour la Sibérie étant prévu quelques jours plus tard, le problème se serait alors sans doutes corsé. Il fallait donc rapidement trouver une solution. Et cette solution, c'était de se rendre au consulat français de St-Petersbourg pour leur demander conseil.
    Nous voilà donc rendu au service consulaire. Je rentre seul, sans encombres. A l'intérieur, c'est la cohue. Je ne sais pas trop où me renseigner. Je reste planté au milieu de la salle, en espérent que quelqu'un vienne me voir. Au bout de quelques secondes, une femme vient me voir et me demande quel est mon problème. Je lui explique et elle m'oriente vers les services sociaux et un certain monsieur D., situé dans l'immeuble d'à côté. J'y vais donc, et cette fois Julie m'accompagne. A l'intérieur, un gendarme dans un caisson de verre me demande ce que je veux. Je réexplique toute l'histoire, et quand je lui dis le nom du monsieur que je serai censé rencontrer, le gendarme a l'air étonné. Il appel Mr D. et plaisante avec lui sur le fait qu'il soit connu au service consulaire. La situation commence à être étrange, je me demande s'ils vont pouvoir m'aider...Entendre parler français rajoute à la situation un côté encore plus solennelle.
    Finalement, ils sauront bien me conseiller, en me disant de passer par "Western Union", une société qui permet de transférer des fonds d'un pays à un autre avec une grande rapidité. Le gendarme très aimable m'indique le bureau "Western Union" le plus proche.
    Après quelques heures passés entre coups de téléphone à mon père en France et recherche d'un bureau ouverts, tout se finit bien, et nous arrivons à récupérer tout notre argent nécessaire pour la suite (notemment pour payer l'auberge à St-Petersbourg).

    En pays inconnu à plusieurs heures de vols de chez nous, ce sera finalement les autorités françaises et une société de transfert de fond qui nous auront permis de nous dépetrer d'une mauvaise situation.

Posté par Luky_cy à 20:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Quand il n'y a plus d'autres moyens que d'aller au consulat...

Nouveau commentaire