04 janvier 2007

Samedi 12 août

Après avoir fait nos adieux à la provonitsa et à nos deux compagnons de cabines, nous descendons du train à 4h. A partir de maintenant, l’aventure commence. La gare d’Irkoutsk est étonnamment abondement peuplée. Nous retrouvons un anglais (Tom) qui enseigne l’anglais  Moscou et qui nous avait aidé à déchiffrer le menu du wagon restaurant. Il va sur l’île d’Olkon et nous décidons de le suivre.
Pris par la faim, je vais pour acheter un gâteau dans la gare. La vendeuse prend le sachet dans lequel il était, le sent et décide après hésitation à … ne pas me le vendre.
Nous prenons le taxi à 6h pour aller à la gare routière. a l’aide de Tom, nous achetons un billet de bus aller-retour pour Olkon (8h de bus) sans encombre.
Je goûte avec joie aux institutions russes. 1er : la queue se fait de manière assez désordonnée. 2ème : le guichet sensé ouvrir à 6h45 où tout le monde faisait la queue depuis plus d’une demi-heure ouvre après celui sensé ouvrir à 7h.
Départ à 8h10 avec un bus un peu archaïque. Il est bondé et même si nous avons payé un supplément pour nos bagages, ils sont dans le passage.
La traversée de la campagne russe en bus est encore plus impressionnante qu’en train. Le bord de la route est jonché de détritus et la grande majorité des maisons des quelques villages où le car s’arrête sont en bois. Au fur et à mesure que le bus avance, la route se dégrade pour ne devenir qu’un chemin de terre ou plutôt de boue car il commence rapidement à pleuvoir. C’est d’ailleurs la pluie qui me réveille car il pleut sur moi.
Après avoir roulé dans des collines semi désertiques pendant 5h et avoir vu une marmotte, nous arrivons au lac Baïkal. La traversée en bac était magnifique et après avoir parcouru l’île d’Olkon pendant deux heures avec le car, nous arrivons au village de Kuzhir. Une petite grand-mère qui attendaient à l’arrêt du car nous invite chez elle avec Tom. C’est assez rustique mais propre et il fait bon. La vue des toilettes nous réjouit tous : c’est un trou (Tom y a même vu des rats).
Erratum : en fait ce ne sont que des gros vers blancs ignobles.
Après s’être un peu réchauffés, nous allons faire un tour dans le village. Nous trouvons un centre d’activité/auberge de jeunesse où nous mangeons un espèce de pâté de poisson et du blé pas très bon. Nous rentrons faire une sieste (le décalage horaire et la courte nuit nous tombent dans les pattes) puis prendre un « banya » (sorte de sauna russe où l’on doit suer avec de la vapeur puis s’asperger d’eau froide). Après 5 jours sans douche, cela fait un bien fou. Nous allons acheter des pattes chinoises (encore) dans une épicerie au contenu assez maigre et faire un tour à l’église qui trône au dessus du village. Nous rentrons manger nos pattes. J’en peux plus des pattes iophilisées. Rapidement, nous tombons de fatigue.

Posté par Luky_cy à 23:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]


Commentaires sur Samedi 12 août

Nouveau commentaire